FILAF Art Book Fair à Perpignan

 

Printing on Fire a été invité au FILAF Art Book Fair, la deuxième édition du salon du livre du Festival International du Livre d’Art et du Film à Perpignan. Ce nouvel opus sera PIRATE et invite vingt-cinq artistes-éditeurs à s’emparer tant de la figure de bandit des mers, de cracker informatique, de créateur de colonies utopiques… qu’à la piraterie en tant que forme de détournement, d’appropriation, de vandalisme, de création de mythes et autres imaginaires.

Avec : Pat McCarthy, Olivier Nourisson, Jérémie Bennequin, antoine lefebvre édition, Laurent Marissal, Force de vente, If le fric, Le nouvel esprit du vandalisme, Dominique De Beir, Melchior Tersen, édition précaire, Atelier 17 17, Prioux & Peixoto, Arnaud Elfort, Patrícia Bandeira, Nicolas Maigret & Maria Roszkowska, Pierre Edouard Dumora, Mathieu Tremblin, David Renault, Rebel Rebel zine, Jules Bézar, David de Tscharner, Rogelio Egbert, Nayel Zeaiter (Editions comprendre).
….

Partenaire : atelier 17:17

FILAF Art Book Fair
Ancien Mess des Officiers, Perpignan
Infos + Événement

Du 23 au 25 juin 2017

Autodidacte, Merchior Tersen est avant tout un photographe de terrain. Ce fan de musique métal mais aussi de rap, de cinéma, de manga ou de foot,  aime s’immerger et se confronter à des univers cash, parfois extrêmes. Il fait ses premières armes à la sortie de concerts ou à des avant-premières de films avec un petit appareil compact qui ne le quitte pas. Des instants pris sur le vif, au milieu de la foule du Hellfest. L’attitude des fans en concert, les looks, les tatouages, tout cela a laissé sa marque sur le travail de cet artiste qui arpente des microcosmes pour mieux en appréhender les fascinations et les codes. D’une sensibilité exacerbée, Melchior TERSEN partage la communion de ses modèles autour d’une même passion, il perçoit leurs exaltations et leurs blessures qui s’expriment dans la spontanéité et l’intensité de ses clichés.

 

Les éditions Comprendre créées en 2011,  regroupent des œuvres de vulgarisation, livres, affiches, images grand format, traitant principalement d’histoire de France. Ces objets éditoriaux se caractérisent par une narration résumée et simple qui fait parfois preuve d’un léger décalage par rapport à l’image. De ces décalages  naissent des sous-entendus visant à orienter l’histoire vulgarisée de façon imprécise. Se pose alors la question du parti pris de l’auteur. »

 

 

 

 

Pat McCarthy (né en 1987, Danbury, USA. Vit et travaille à New York, USA)
 : le travail de Pat McCarthy est principalement orienté vers le fanzine, la sculpture, la performance, le film court et le voyage performatif.  En 2009, il lance ses séries de fanzines Born to Kill et Skirts. À ce jour 80 numéros ont été publiés et édités à plusieurs centaines d’exemplaires. Depuis 2012, une grande partie de sa pratique artistique se concentre sur les rituels d’entrainement et de vols de d’une centaine de pigeons depuis son toit de Brooklyn.

 

Arnaud ElfortJosephine, Samothrace
« Images et notes pour une conférence »
Rupture fragile, produite par clivage sans prévenir, souvent sans déformation plastique, inter ou intracristalline; et les morceaux peuvent se réassembler parfaitement.
Victoire de Samothrace à Paris / Statue de l’Impératrice Joséphine à Fort de France. À partir de cartes postales, images téléchargées, photos personnelles, collages, une du Parisien, on parlera acéphalie,contexte, Grèce, abbé Grégoire, archéologie, schoelchérisme, ennemi du musée, Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy…

 

Patrícia Bandeira « Omnivorous persona » signals both immersion and surface, it comprises street interventions in Oporto, Portugal that disrupt the previous political, recreational and artistic representations and architectural fragments by inserting a layer of white void. On a second level, the white canvas is also interrupted by red and white fluids, which permeate both the private and the public sphere, interconnecting the spaces in a system that can’t no longer be discerned, operating as a stack of interruptions.

 

Laurent Marissal, NADA . Les premières réalisations des éditions clandestines s.l.n.d. (sans lieu ni date) sont sortis de la photocopieuse du musée Gustave Moreau, Laurent Marissal était alors gardien de musée peintre. Il détournait la machine à des fins picturales et par stratégie d’autonomie. Puis Syndicalistepeintre, c’est la revue même du syndicat — Cartel, livret des musées, USPAC-CGT — qu’il a occupé, caviardé, piraté. Aujourd’hui les éditions clandestines s.l.n.d. financées par la reprise individuelle, publient une revue, atelier in progress d’action picturales, ¬NADA,  et de petits ouvrages (Pinxit III, guattari styx…) Diffusées sous le manteau les éditions clandestines s.l.n.d.,  autonomes expositions portatives, sont des peintures imprimés sur des murs mobiles. Au lieu de partager l’espace, la peinture se partage dedans.

 

David Renault, Mathieu Tremblin et les crackeurs, « .nfo » rassemble des en-têtes en ASCII Art de fichiers d’informations .nfo utilisées comme signature par les équipes de crackers qui partagent des fichiers numériques de film, de musique ou de logiciel en pair à pair ou en téléchargement direct.
Une sélection est réalisée par David Renault et Mathieu Tremblin alias les Frères Ripoulain à partir des fichiers qu’ils ont téléchargé illégalement depuis qu’ils ont eu accès à Internet.

 

Prioux & Peixoto, 2017
Don’t trust a brilliant idea unless it survives the hangover

Vin rouge, Rhum blanc, Pastis, Casteloir, édition de 5, signé et numéroté

 

 

 

 

Jérémie Bennequin, Les lesbiennes. Au cours de mes recherches, tout imprégné des Fleurs du mal, j’observe la singulière correspondance entre le sonnet À une dame créole et un autre poème en alexandrins, À une Malabaraise, datant lui aussi du voyage de Baudelaire en 1841 mais qui fut édité en 1866, dans Les Épaves, peu avant la mort du poète. À partir de ces Fleurs baudelairiennes destinées à deux jeunes femmes différentes, mais dont tout laisse à croire qu’elles devaient bien se connaître, se développe alors une intrigue où la réalité historique embrasse la fantasmagorie. En hommage à Baudelaire, un nouveau travail conceptuel, à la fois littéraire et graphique, constitue une forme inédite d’effacement scriptoclaste : la littérature. Métissage poétique entre les vers de la Dame créole et ceux de la Malabaraise où s’entremêlent les destins de deux femmes à travers le mélange de ces poèmes mascarins.

 

NEV14le nouvel esprit du vandalisme n°14 « Queer-iser le nouvel esprit du vandalisme » est une conversation avec le théoricien de l’art Jean-Claude Moineau et qui s’articule autour de la figure du fan dont il est question dans le chapitre 6 de son dernier ouvrage  « Queer-iser l’art », ABM, Paris, 2016.

 

 

Olivier Nourisson – Architecture & Poésie est une revue semestrielle qui donne place et visibilité à des travaux ou recherches en cours, engagés par des personnes seules ou réunies en collectif, touchant à l’urbanisme, aux sciences sociales, à l’art. Elles n’ont rien à vendre, sont spontanément hostiles au fétichisme de la marchandise et de l’objet, elles se situent donc aux antipodes de l’art contemporain.

 

Dominique de Beir est co-fondatrice de Friville Editions depuis 2011 (un lieu de diffusion, un lieu d’exposition, un espace critique, un espace de confrontations et de rencontres avec d’autres artistes) et professeure polyvalente à l’ESADHAR site Rouen depuis 2006 où elle est co-responsable du laboratoire de recherche Edith. Les principaux commissariats d’expositions en lien avec les publications d’artistes sont  Best of , un choix de livres d’artistes dans la collection du Frac Haute Normandie, l’exposition Atlas at last, lié au colloque «  Atlas de la microédition  : quelles routes pour quels enjeux  ?  » (auditorium du musée des beaux-arts de Rouen, mars 2012), dans le cadre de Artsequana, l’exposition Workshop Sprint  présentant des éditeurs au travail.

 

David de Tscharner (Lausanne, 1979) persiste à mettre à l’épreuve la sculpture en détournant ici un catalogue d’installations sanitaires. L’artiste confronte ainsi l’ergonomie et la pureté des volumes hygiénistes à des rehauts réalisés à l’encre noir de façon spontanée. Il en résulte un fanzine noir et blanc où le flux artistique se greffe à un contexte inattendu voir incongru pour former un objet poétique.

 

 

Jules Bézar est illustrateur, depuis 2017 il pirate des comptes instagram.
Durant le FILAF Art Book Fair il piratera des comptes #FILAFPOF

 

 

 

Printingonfire-pirateantoine lefebvre édition is the publishing structure and artist name of Antoine Lefebvre. He is the creator of La Bibliothèque Fantastique (2009-2013) and Artzines.info a transmedia research project.

 

 

 

édition précaire « Bleu travail chorégraphie n°1  »  s’attache à documenter le travail par la débrouillardise sous le prisme de la chorégraphie sans chorégraphe.

 

 

 

 

if le fric (Catherine Schwartz) publie en ligne, sur papier et compose des jingles pédagogiques pour les étudiants en art. Miguel O’Hara (Lucas Morin) est musicien et dessine. Sous le nom de force de vente, ils éditent (à crédit et pour ainsi dire à prix coûtant) brochures, zines photocopiés à domicile, affiches, éditions sonores et font jouer en concert (à perte) leurs groupes préférés. Ils aiment les pratiques collectives en ligne, la science-fiction, Kevin Bacon, les super-héros et l’amour au travail. Toner sous les tropiques, leur DJ set mp3, consiste en une sélection attentive et soignée de pistes sonores extrêmement dansantes produites au Chili, au Brésil, au Nicaragua, en Colombie, etc.

 

REBEL REBEL zine est  réalisé à l’occasion d’atelier d’édition par des adolescents habitant le quartier du Grand Saint-Barthélemy à Marseille.

 

 

 

22800176154_55a820bf54_zThe Pirate Book par Nicolas Maigret & Maria Roszkowska est une compilation transversale de stratégies élaborées pour partager, distribuer et s’approprier des contenus culturels en dehors des restrictions locales d’ordre économique, politique ou juridique à travers le monde. Elle présente une collection d’anecdotes tant contem- poraines qu’historiques ou géographiques, provenant essentiellement d’interviews menées en Inde, à Cuba, au Brésil, en Chine, au Mali, au Mexique et en Angleterre.Structuré en quatre parties, le livre débute avec une collection d’histoires sur le piratage depuis l’invention de l’imprimerie et s’étend sur un historique des stratégies anti-piratage depuis l’irruption de la radio. Ce projet comporte en n un aperçu de la scéne Warez, qui met en lumière l’iconographie et les modes opératoires propres à cette culture.

 

Pierre Edouard Dumora, Innervisions : « When I was a kid, I was a bedroom dj. I spent hours playing jungle tunes to a crowd of flickering shadows. Some nights, the walls of my room would fall away and open up to another universe. I traveled through time and galaxies at the speed of light. I heard echoes from far away lands. I had infinite memory. »
Publicités